Duau

Prévention

Moustique tigre

Les bons gestes à adopter pour lutter contre le moustique tigre.

Présent depuis 2015 dans plusieurs départements de la Nouvelle-Aquitaine dont les Pyrénées-Atlantiques, le moustique tigre est une espèce agressive qui pique de jour avec un pic d'agressivité à l'aube et un autre au crépuscule.

Comment reconnaître un moustique tigre ?

Comme de nombreuses espèces de moustiques coexistent, on peut parfois les confondre.

Petits indices pour bien le reconnaître : Il est tout petit, il a des rayures noires et blanches sur le corps et les pattes, il vit et pique le jour (ce n'est pas lui qui vous empêche de dormir !) et sa piqûre est douloureuse.

Les femelles privilégient de petites quantités d'eau pour pondre leurs œufs (l'équivalent d'un bouchon d'eau peut leur suffire !). Elles pondent jusqu'à 200 œufs tous les 15 jours qui se développent dans toutes sortes de récipients et réservoirs artificiels où l'eau peut stagner : vases, coupelles, récupérateurs d'eau, fûts, bidons, rigoles, regards pluviaux, gouttières, terrasses sur plots, ou même dans des objets laissés dans le jardin (jeux d'enfants, matériel de travaux...).

Se protéger contre le moustique tigre, c’est d’abord éliminer les lieux de vie et ses lieux de ponte.

Comment lutter ?

Il faut absolument éliminer les endroits où l'eau peut stagner, couvrir les réservoirs d'eau, vérifier le bon écoulement des eaux de pluie.

Pour éviter de faire de mon jardin un paradis pour moustiques, je supprime les eaux stagnantes grâce à quelques gestes simples.

La check-list pour lutter facilement contre ce nuisible :

  • Ranger à l’abri de la pluie : brouettes, seaux, jouets pour enfants laissés en extérieur, cendriers, arrosoirs...
  • Vider tous les réceptacles qui ne peuvent être rangés : coupelles sous les pots de fleurs, gamelles pour animaux domestiques, pieds de parasols, plis de bâches...
  • Curer pour faciliter les écoulements des eaux : siphons d’éviers, de lave-mains extérieurs, de fontaines, rigoles couvertes avec grille, gouttières, chéneaux...
  • Couvrir de façon complètement hermétique, en apposant un voilage moustiquaire, par exemple : récupérateurs d’eau de pluie ou cuves, fûts divers, réceptacles pluviaux en plastique via les chéneaux de la maison.
  • Jeter ! Moins de réceptacles = moins de lieux de ponte pour les moustiques.
  • Entretenir : pièges à sable, bassins d’agrément, pompes de relevage, regards et bornes d’arrosage.

Vous l'avez reconnu ? Signalez-le !
L’ensemble de la population peut participer à la surveillance de cette espèce afin de mieux connaître sa répartition. Il s'agit d'une action citoyenne permettant ainsi de compléter les actions mises en place. Rendez-vous sur le site www.signalement-moustique.fr où un questionnaire vous permettra de vérifier rapidement s'il s'agit bien d'un moustique tigre.

Idées reçues et erronées sur le moustique tigre

Le moustique tigre pond dans les piscines.
Faux : Les volumes d’eaux importants intéressent peu les moustiques tigres. Les moustiques Européens oui. Si la piscine est entretenue correctement (chlore et filtration) il n’y a aucun risque.

Le moustique tigre est attiré par les lacs, fossés et cours d’eau.
Faux : De la même manière les volumes d’eaux sont trop importants et les variations de niveaux pas suffisamment fréquentes. De plus de nombreux prédateurs vivent dans ces milieux aquatiques. (Libellules, grenouilles …).

Le moustique tigre est une proie des chauves-souris.
Faux : Ces deux animaux ne se croisent pas puisque l’un est diurne et l’autre nocturne. De plus une chauve-souris n’aurait que faire d’un insecte si petit. Favoriser l’installation d’hirondelles ou de martinets peut aider à réguler la prolifération.

Vous pourriez être intéressé par