Conférence sur l'hydrogène naturel en nouvelle-aquitaine

Le géologue Philippe Dubreuilh a présenté une conférence sur l’exploration de l’hydrogène natif en Béarn, le 30 mai 2024 à 18 heures à la Salle des Fêtes de Lescar. (11 All. des Prés, 64230 Lescar)

Publié le

Conférence :

Cette conférence intitulée « L’hydrogène Naturel. Pourquoi des Permis de Recherche en Nouvelle Aquitaine et dans le Béarn ? » évoque les connaissances générales sur cette nouvelle énergie qu’est l’hydrogène naturel, les dernières informations sur les permis de recherche dans notre région, et sera suivi d’échanges avec les Lescariens.

Retrouvez le diaporama utilisé pendant la présentation en cliquant ici : Présentation Lescar 2024 05 30.pdf - Google Drive


Contexte de la recherche d'hydrogène dans le 64 :

La transition énergétique est actuellement largement centrée sur l'hydrogène vert, obtenu par électrolyse de l'eau à l'aide d'électricité renouvelable et excédentaire. Cette forme d'hydrogène jouera un rôle croissant dans la décarbonation des industries, des transports et des engins lourds, principaux émetteurs de CO2, contribuant ainsi à la lutte contre le changement climatique. Actuellement, 95% de l'hydrogène produit dans le monde est "gris", générant d'importantes émissions de CO2 lors de sa fabrication. Bien que l'hydrogène vert soit décarboné, sa production ne représente que 5% du total mondial, nécessitant des quantités considérables d'électricité et d'eau, ce qui en fait une option coûteuse. Il est donc crucial d'envisager des approches complémentaires pour produire de l'hydrogène décarboné de manière plus efficace, telles que l'exploitation de ressources en hydrogène naturel souterrain, également appelé hydrogène natif.

L'hydrogène natif est généré dans le sous-sol par des réactions géochimiques entre diverses roches et l'eau. Du fait de sa légèreté, il migre à travers les roches et les réseaux de fractures pour remonter à la surface, où il peut être piégé dans des roches poreuses réservoir si celles-ci sont recouvertes par des roches imperméables, formant ainsi des gisements. Bien que rares, ces gisements existent, un exemple étant celui de Bourakébougou au Mali. Cependant, si l'hydrogène n'est pas piégé, il peut s'échapper dans l'atmosphère. Des recherches sont menées dans le monde entier pour étudier ces émanations d'hydrogène natif.

En France, des émanations ont été détectées en surface, ainsi que des accumulations dans d'anciens puits de pétrole et de gaz, des mines et des forages géothermiques profonds. Depuis 2021, la région Nouvelle-Aquitaine finance le projet H2NA pour évaluer le potentiel des ressources en hydrogène naturel sur son territoire, dans le but de favoriser des demandes de permis d'exploration. Dans les Pyrénées-Atlantiques, notamment dans le bassin de Mauléon, des conditions géologiques favorables à la découverte d'hydrogène naturel ont été identifiées. Des études à Sauveterre-de-Béarn ont montré des concentrations élevées d'hydrogène, provenant d'un massif de péridotite à dix kilomètres de profondeur. Sur cette base, une demande de permis de recherche d'hydrogène natif a été déposée par l'entreprise TBH2 Aquitaine, avec des espoirs d'approbation en 2023 et d'éventuelle exploitation dans les années à venir. 

 

Vous pourriez être intéressé par